vendredi, janvier 26

Et le lecteur CD, on le met où ?

Chez Apple, comme chez les autres constructeurs, les portables devenant de plus en plus petits, le placement des composants internes devient, lui, de plus en plus problématique, notamment pour le lecteur / graveur de disques ( CD / DVD). En effet, avec la réduction des dimensions des machines, l'espace à disposition se fait plus rare. Par exemple, les machines devenant plus minces, l'intégration du lecteur sur la tranche se heurte au positionnement d'autres composants. De plus, un tiroir mobile, certes pratique, est un élément fragile et encombrant.

Question: comment repositionner le lecteur de disques sur un ordinateur portable pour que son usage soit intuitif, simple, n'impacte que peu sur le design et ne vienne pas empiéter sur la position d'autres composants internes ?

Réponse: Il suffit de le mettre sous la machine !

Non, ce n'est pas une blague, c'est même l'objet de la demande de brevet américain US 20070019374 (DISK DRIVE MEDIA ACCESS SYSTEM) publiée au nom d'Apple le 25 janvier 2007.

Et voici comment les ingénieurs de la Pomme ont intégré cette idée:
Une trappe au dos du portable, il suffisait d'y penser (et de le breveter).

"Oui mais", direz-vous plein de l'esprit critique caractérisant le bon peuple, "ça se casse les trappes". Et vous n'aurez pas tort ... sauf que là, il s'agit d'une trappe "anti-casse" (un peu "brice" comme concepte). Comprenez par là que la charnière comporte un dispositif magnétique permettant de la remettre en place après l'arrachement malencontreux de la trappe.
La figure 5 ci-dessus représente le moment où vous dites "Oh, saperlotte, cette satanée trappe s'est encore arrachée" (ben oui, parceque votre langage est châtié, comme il se doit). Mais heureusement, le système magnétique est là pour sauver la situation (n° 502 de la figure 6). On engage la trappe (202) dans le support (500), et voilà, a y'est, c'est réparé.

Et comme les ingénieurs à pépins ne sont pas des demi-sots, ils ont aussi pensé à d'autres configurations:
Figure 35 (en haut): la trappe (n° 3500) qui s'enfonce et qui coulisse à l'intérieur de la coque du portable.
Figure 36: la trappe (n° 3602) dite "pop-and-rotate" (donc qui sort et qui tourne).Figure 37: mon préféré, la trappe "iris" qui s'ouvre à la StarTrek, en tournant (clin d'oeil à l'icône de gravure dans iTunes ?) .
Figure 38: la trappe "porte de garage", qui coulisse en s'enroulant.
Et enfin la figure 39: la trappe "sit-and-spin", complètement indépendante de la coque et qui se fixe en faisant tourner des languettes dans des fentes.

Bien, et comment on fait pour signifier à son ordinateur que l'on va le retourner pour extraire un CD ? Et bien pour cela, Apple a déposé une deuxième demande (US 20070019375) proposant d'utiliser un capteur de mouvement détectant l'inversion de la machine (entre autres). Et pour ne pas oublier que ça se passe dessous, une jolie icône est même prévue pour inviter au renversement du portable.Voilà qui présage de l'intention de rapetisser encore la taille des portables à la Pomme... ou qui serait une manière élégante d'intégrer un lecteur CD/DVD dans un ultra-portable, du type grosPod cher à Urbanbike ?

mardi, janvier 16

Apple a encore de la marge pour faire évoluer l'iPhone

Rien à voir avec les brevets (quoique) mais très fun, je ne saurais trop vous conseiller le visionnement de cette vidéo sur les possibilités de l'iPhone: http://www.youtube.com/v/1xXNoB3t8vM

Lien pêché sur http://www.svmmac.fr/rss/blog

samedi, janvier 13

Une marque ne suffit pas

L'on parle beaucoup de l'iPhone ces derniers jours.

Vous aviez aussi remarqué ?

Mais en parlerait-on autant si ce nouveau produit frappé d'une Pomme ne s'était pas appelé iPhone ? Voilà la question que je vous propose d'examiner.

Apple est certainement une des marques les plus emblématiques dans le domaine de l'informatique. Pourtant, elle n'est pas parmi les plus puissantes (Microsoft), ni parmi celles qui vendent le plus de machines ou ont inventé le plus de technologies (voir les contributions d'IBM et de HP pour comparaison). Et pourtant, lorsqu'elle sort un téléphone, tout le monde en parle. Voilà un cas assez unique où une société faisant 2% du marché (chiffre au pif, mais vous pouvez me lancer des pierres...) fait la pluie et le beau temps (médiatique) sur son secteur ...

Ceci vient, à mon sens, du fait qu'Apple propose des produits qui sont "émotionnels" en plus d'être technologiques, et ceci depuis le lancement de l'iMac en 1998. Ce produit a marqué une rupture dans le marketing de produits informatiques en apportant le critère de l'esthétisme dans un monde où les spécifications dominaient. Mais en plus du look, Apple lui a donné un nom facile à retenir (essayez de faire dire « je veux un iMac » à votre grand-mère, puis essayez avec « je veux un Dell Dimension C521 » …) qui n'a certainement pas été pour rien dans son succès. Ceci est aussi vrai pour les iBook, MacBook et autres iPod.

Un nom sympa serait-il donc un gage de réussite pour un produit électronique grand publique ? (je vous laisse décider si Zune est un nom sympa...)

Un élément de réponse nous vient du dossier iPhone. Lorsque Cisco a lancé son produit en décembre 2006, les réactions ont été plutôt... tiédasses ! qu'Apple lance un mois plus tard un autre produit avec le même nom et là, bang (comme dirait un certain Steve), le voilà à la une des journaux. Et la blogosphère ne fait pas exception, la preuve ci-après au moyen du système BlogPulse de tracking de tendances dans les Blogs:

Graphique représentant le % des posts répertoriés par BlogPulse
traitant d'un sujet (www.blogpulse.com)

Résultats lors du lancement des différents appareils:
Zune: cité dans 0.191% des Posts recensés
iPhone Linksys (Cisco): cité dans 0.103% des Posts recencés
iPhone Apple: cité dans 2.19% des Posts recensés

Pour comparaison, le Tsunami de décembre 2004 avait été cité dans un peu plus de 3.5% des posts recensés ce jour-là.

L'explication du phénomène se trouve sans aucun doute dans le fait qu'Apple focalise l'attention d'une communauté d'enthousiastes (qui a dit "fanatiques" ?) dont Cisco ne peut pas se prévaloir.

Combien d'entre vous n'auraient pas acheté d'iPod si celui-ci s'était appelé différemment ? Et combien n'achèterons pas d'iPhone dans le cas où il changera de nom ?

Non, une marque ne suffit pas...

jeudi, janvier 11

Cisco attaque Apple

On croyait que les deux firmes s'étaient entendues... ben non !

Un article de silicon.fr nous l'apprend aujourd'hui:
"Le groupe de John Chambers a fait savoir ce 10 janvier au soir, le lendemain du très médiatique lancement du 'smartphone' d'Apple, qu'il portait plainte auprès du tribunal du district nord de Californie."

Il semblerait donc que les négociations n'ayant pas abouti, Apple aurait décidé de passer outre et d'utiliser la marque iPhone, propriété de Cisco, sans autorisation.

Il est permit de s'interroger sur la stratégie de la Pomme. Ont-ils utilisé ce nom dans le but d'offrir une caisse de résonance à leur annonce, quitte ensuite à en changer (comme pour iTV) ? Préfèrent-ils payer des dommages et intérêts plutôt que d'utiliser un nom ne correspondant pas au attentes du publique ?

Cette attaque risque de toute façon de n'être que la première. Il suffit de voir ce qui s'est passé avec l'iPod pour anticiper les prochaines étapes. Si l'iPhone remporte un succès commercial, nous verrons certainement tout une collection de "floués" vouloir leur part du gâteau.

Et avec plus de 200 brevets utilisés dans cet appareil, ils risquent d'être nombreux.

PS: Après vérification, la marque MacPhone est libre au USA. Elle était un temps propriété de LEM LOGICIELS ET MATERIAL (Suisse), de 1989 à 1991. Voilà donc une piste en accord avec le nouveau nom d'iTV, non ?

mardi, janvier 9

Il y eu un avant et il y eu un après...

Hop, boum, paf et vlan.

Les mots me manques pour décrire la joie (le soulagement ?) de le voir, là sur mon écran.

Vous le savez déjà (j'en suis sûr) mais l'iPhone est né. Oui, le vrai, celui avec une Pomme dessus (y ressemble étrangement à celui dont je vous avait parlé ici).

Et le plus beau ? Tout y est ! l'écran tactile multi-points, le détecteur de proximité, les capteur de position des doigts pour identifier si l'affichage est en portrait ou en paysage, le clavier virtuel, la commande vocale, la machine à voyager dans le temps (euh non, pas encore).

Y'a un air de famille, non ? (photo http://www.macbidouille.fr)

Selon Steve Jobs, plus de 200 brevets sont contenus dans cette petite merveille. A vue de nez (comme on dit par chez moi), on y retrouve (en plus des nombreuses demandes liées à l'interface tactile dont je vous ai parlé ces derniers temps) les brevets concernant les interfaces vocaux, la synchronisation, les logiciels et le design (à venir...).

Concernant le nom, iPhone, il est assez aisé d'imaginer la contre-partie négociée par Cisco pour l'utilisation d'une de ses marques déposée...

Une conclusion ?

Que toutes ces demandes de brevets aient bien décrit ce qui est aujourd'hui une réalité n'est pas surprenant. La propriété intellectuelle est un outil d'anticipation fantastique. Les entreprises l'ont compris depuis longtemps...

PS: pour une retransmission en non-live de la Keynote, je ne saurais que vous conseiller celle de crazyapplerumors, trop fun.

dimanche, janvier 7

2006, une année d’innovation

Voilà, 2006 est derrière nous. C’est le temps des bilans, et MacBrains n’y échappera pas. Petit retour en arrière, donc, sur une année de propriété intellectuelle made by Apple.

Nombre de demandes de brevets publiées
2006 a été une année de forte croissance pour Apple avec 87 demandes américaines publiées, soit 30 de plus que l’année précédente (+52.6%). Cette croissance s’inscrit dans la continuité des 5 dernières années, ainsi que dans celle, plus générale, de la propriété intellectuelle mondiale. La R&D semble définitivement installée comme cheval de bataille de la Pomme.
Janvier
L’iPod est à l’honneur avec l’intégration de capacité « radio » (Après « l’iPod Radio », le « Radio-iPod ») et la protection de l’icône le représentant (Peinture rupestre). Janvier est aussi la première occasion de parler d’interface tactile (Big Apple is watching you), un sujet qui sera moultement développé en cours d’année (« moultement » ? ça doit pas être très français, ça… je commence fort l’année). Pour terminer, nous avons aussi droit à ce qui semble préfigurer une nouvelle application Pro destinée au design d’interface indépendantes de la résolution d’affichage (Une nouvelle application pro ?). Une application destinée à Leopard ? A suivre.

Février
Et hop, on en remet une couche côté interface: écran tactile multipoints (Au doigt et à l'oeil) et clavier virtuel (Tablet Mac… and one again !) sont en effet au programme. MacTel devient une marque déposée (MACTEL, marque déposée) et Apple tente le forcing sur le concept des Widgets, malgré l’existence de produits concurrents sur le marché (Gadget breveté).

Mars
Si en mars il est toujours question d’interface sensible au toucher, cette fois il s’agit du « classique » Touchpad. Les guillemets sont en effet de mise car Apple nous gratifie de l’invention du Touchpad étendu à toute la largeur d’un portable, couplé à un capteur de position destiné à activer ou désactiver des portions de cette zone sensible selon la position des mains de l’utilisateur (Apple révolutionne le touchpad). Mais le mois de mars restera dans les mémoires comme celui où Microsoft s’est permis de griller la politesse à Apple sur le front des appareils nomades à interface tactiles. On attendait le TabletMac et c’est finalement l’Origami qui est arrivé (Bill Gates mange-t’il des pommes ?).

Avril
Rebelotte. Apple invente l’égaliseur de volume entre haut-parleurs distants et l’on découvre que Microsoft avait déjà déposé une demande de brevet… le monde a décidément tourné à l’envers en 2006 (La Pomme a l’oreille fine).

Mai
Encore deux demandes de brevets pour des interfaces. L’une s’adresse à l’iPod et devrait permettre de commander celui-ci avec la voix, l’autre détail l’utilisation de surface tactile pour simuler des boutons. Si la première semble très (trop ?) proche des interfaces vocales de téléphones portables, l’autre montre un dessin présentant une (très !) troublante ressemblance avec le clavier de l’Origami… (Au doigt et à … la voix ). C’est encore en mai qu’à sonné la première charge d’Apple sur la propriété intellectuelle liée au Podcast avec le dépôt de la marque IPODCAST (Apple dépose la marque IPODCAST au niveau mondial).

Juin
Preuve, s’il en était encore besoin, de l’efficacité de la machine de guerre marketing du Pommier, la publication d’une demande de brevet permettant la synchronisation de la lecture de l’iPod à un exercice physique intervient quasi simultanément à l’annonce du partenariat d’Apple avec Nike. « Your shoes talk. Your iPod nano listens »… tout un programme (Apple just does it).

Juillet
Au cœur de l’été c’est le retour des rumeurs concernant le TabletMac. La cause en est la publication d’une très intéressante demande de brevet portant sur une interface tactile par détection de proximité (tactile sans contacte ? on dit comment, proximitile ?). Fini les traces de doigts ? (Tablet-Mac, le retour de la mort qui tue.).

Août
Apple dépose le bouton du futur. Cliquable et glissable, il est à la fois joystick, molette et bouton (Le bouton du futur). Mais dans quoi Apple va t’il bien pouvoir intégrer un truc pareil ? hein ? Certainement pas dans un iPhone puisque cette marque n’appartient pas à la Pomme, comme le post iPhone ? Certainement pas ! ... quoique nous l’apprend. Ceci a de plus été confirmé par la sortie d'un produit de Cisco portant ce nom en fin d'année…

Septembre
La publication d’une demande portant sur un appareil entièrement tactile (le boîtier et l’écran) démultiplie le buzz ambiant quant à un probable iPhone (J’en veux un !). Plutôt révolutionnaire, l’utilisation de la détection de la position des doigts de l’utilisateur sur le boîtier démontre une réelle avancée d’Apple dans le domaine des « smart devices » et plus particulièrement des interfaces tactiles. Cette ébauche d’interface trouvera par ailleurs une résonance assez particulière au mois d’octobre.

Octobre
Les choses se précisent et le buzz monte encore d’un cran avec la publication d’une demande américaine utilisant le concept d’objet entièrement tactile et présentant des croquis inhabituellement aboutis de ce qui semble être un iPod possédant un écran couvrant toute sa surface (Le dossier iPhone s’épaissit). Les dessins de cette demande permettent de penser que l’on y voit l’ébauche d’un futur produit, tant ceux-ci sont travaillés et peu schématiques. Les esprits s’échauffent et les fans ont de plus en plus de peine à patienter…

Novembre
Encore une pièce à verser au dossier iPhone (décidément) avec l’idée d’une interface physique modulaire venant se superposer à une interface entièrement tactile selon les usages que l’on souhaite faire de son iMachin (oui, on ne sait plus comment on doit appeler cet hypothétique futur iPod-téléphone-PDA… alors iMachin n’est pas plus bête qu’autre chose, non ?). L’idée est séduisante, particulièrement pour ceux qui craignent les traces de doigts (Comment éviter les trace de doigts sur votre iPhone).

Décembre
La fin d’année voit Apple faire une tentative de hold-up sur le concept du Podcasting, avec pas moins de trois demandes de brevets couvrant l’ensemble du workflow de ce nouveau mode de diffusion d’informations (Apple fait main basse sur le Podcast). Côté innovation technologique, la Pomme envisage l’usage de boîtiers en céramiques pour ses futurs iPod, alliant solidité et facilité de fabrication à une perméabilité aux ondes électromagnétiques permettant l’ajout d’une fonction de communication sans fil (un iPho… ok, je me tais. Boîtier iPod en céramique).

Conclusion
A l’évidence, cette année a été marquée par la publication des nombreux travaux des ingénieurs d’Apple autour des interfaces, plus particulièrement tactiles. Il semble raisonnable de penser qu’une telle somme de travail (et d’argent) n’est pas destinée à rester dans les tiroirs de Steve Jobs et que l’avenir devrait nous réserver la sortie d’un nouveau produit nomade, multi-média et tactile servant de relève à l’iPod. L’échéance d’une telle probabilité n’est pas à chercher dans les dépôts de brevets (il n’existe pas de réelle corrélation entre la publication d’une demande de brevet et la sortie d’un produit). N’empêche, lorsque l’on sait les investissements que représentent de tels dépôts (R&D, frais de dépôt et de maintien), et que l’on rapproche cela du besoin de renouvellement du marché face au vieillissement de produits « classiques » tel l’iPod, on ne peux que se dire que tôt ou tard, il va falloir casser sa tirelire pour un iMachin !

A suivre...