lundi, mars 27

Bill Gates mange-t’il des pommes ?

Depuis deux semaines, pas grand chose à se mettre sous la dent côté brevets chez Apple. Qu’à cela ne tienne, faisons donc un tour chez ceux d’en face…

Passons sous silence le 12'328 ème report de la sortie de Vista (oui, vous savez, le logiciel révolutionnaire qui risque bien d’être très dépassé quand il sortira, si jamais il sort…) et regardons les choses positivement.

Nous attendions impatiemment un iTablet Mac, mais contre toute attente c’est Microsoft qui sort un ordinateur ultra-portable (pliable ?) : l’Origami.

Petit (écran 7 pouces), léger (moins d’un kilo), doté d’un écran tactile, d’une capacité Wi-Fi et d’un disque dur allant jusqu’à 60 Go, il ressemble furieusement à ce qu’Apple aurait pu (dû ?) sortir, le design mis à part. Tout y est, sauf la molette virtuelle.

Si vous ajoutez à cela une campagne de Buzz-marketing et une présentation au CeBIT de Hannovre, il y a de quoi se dire que quelque chose cloche : Microsoft défriche un terrain inconnu, innove commercialement (certes pas seul, Samsung, Asus et Intel sont impliqués) et, oui osons le dire, prend des risques pendant qu’Apple annonce un Mac Mini Intelisé transformé en Média-Center… un marché par ailleurs ultra-occupé par le monde PC et pas vraiment révolutionnaire.

Et alors, que se passe t’il ? Bill Gates mange t-il trop de pommes ? Apple, accaparé par sa transition vers Intel se serait-elle laissé prendre de vitesse ?

Je me risque à une autre hypothèse (certes, totalement gratuite, libre à vous ensuite de me lancer tout un tas d’arguments prouvant ma sénilité précoce) : Aucune solution disponible actuellement pour assurer une autonomie digne de ce nom (3h pour l’UMPC alors que mon téléphone portable en offre 9), un catalogue de films insuffisant au téléchargement (indispensable pour assurer le succès commercial de ce type de machine, l’iPod n’a décollé que lorsque l’offre de musique en ligne s’est étoffé) et une période pas vraiment propice aux dépenses impulsives (Noël est encore loin, ma fête aussi…) ont retardés le lancement du produit Apple.

Bon, vous n’êtes pas convaincus ?

Moi non plus !

Alors, qu’est-ce qu’ils attendent chez Apple ? Et ne venez pas me dire que la publication d’une demande de brevet ne veut rien dire. Nous en sommes déjà à six demandes et un modèle déposés ce qui, même pour Apple, représente un investissement non négligeable en R&D et en procédure de dépôt !

Avouez que tout ceci est déstabilisant, on perd nos marques, là...

Ceci dit, vu qu’un gentil type a passé une heure aujourd’hui à changer l’écran pourri du Dell Latitute sur lequel je bosse, je me dit qu’il y a des choses qui ne sont pas prête de changer. Le monde n’est pas devenu fou, et ça c’est rassurant !

samedi, mars 11

Apple révolutionne le touchpad

Voilà une demande de brevet qui prouve (si besoin est) que chez Apple, quand on a une idée, on la pousse à l’extrême. Et c’est bien d’extrême dont il s’agit avec la demande WO 2006026183 publiée le 9 mars (et déposée le 17 août 2005. Pas encore disponible sur espacenet, donc pas de lien).

L’invention décrite s’applique à un ordinateur portable et touche, comme vous l’aurez compris en lisant le titre de ce post, au touchpad. Il s’agit rien moins que de doter un portable d’un touchpad géant, couvrant toute la largeur de la machine.

Sur ce schéma, le touchpad porte le numéro 224

Selon la description de l’art antérieur donnée dans la demande d’Apple, le touchpad n’a pas tiré parti de l’augmentation de la surface disponible sur les portables actuels pour cause de risque d’activations involontaires si celui-ci venait à entrer en contact avec la zone de repos des poignets.

La solution proposée par Apple consiste à identifier si le contact est volontaire ou non. Mais comment donc ? Et bien, en utilisant un capteur situé entre le touchpad et le clavier et courant sur toute la largeur de cet intervalle. Ce capteur a pour but d’identifier si le contact sur le touchpad est dû à un doigt (auquel cas le capteur ne détecte rien entre le touchpad et le clavier) ou à un poignet (la main est alors détectée comme étant positionnée plus haut et le touchpad est désactivé) .

En haut, les deux mains sont détectées comme étant au-dessus du capteur (240) et le touchpad (224) est désactivé. En bas, seule la main gauche est détectée par le capteur (240), la partie droite du touchpad (246) est alors activée. (notez au passage le talent de dessinateur des ingénieurs d'Apple)

Une autre solution est proposée, et celle-ci est bien plus intéressante à la lumière des dernières machines de la Pomme : utiliser un capteur optique intégré au-dessus de l’écran pour identifier la position des doigts.

L’iSight intégré dans les nouvelles machines d’Apple aurait-il trouvé une nouvelle utilité ?

jeudi, mars 2

Petite pause

Un petit post(-it) pour vous signaler qu'il n'y aura pas de news sur MacBrains dans la semaine à venir. En effet, je serai à Athène pour la conférence IPI-ConfEx. Si certains d'entre vous y sont aussi, c'est avec plaisir que je vous rencontrerai sur le stand de CENTREDOC. Passez donc manger un petit chocolat suisse et discuter Mac...

Pour tous les autres, à dans une semaine.

PS: une info tout de même: Apple vient de déposer deux nouvelles marques: Rosetta et iPhoto. Décidément, ça vérouille du côté Apple.