dimanche, décembre 17

Petit iPapa-Noël, n'oublie pas mes petits chaussons

Noël est à nos portes et la WWDC approche à grands pas. C'est le temps de la dinde aux marrons et des prédictions à deux balles. La nouveauté cette année, c'est que les analystes financiers s'y mettent aussi, au risque de faire perdre du vrai argent à une vrai entreprise en racontant tout ce qui leur passe par la tête.

Bon, le but de MacBrains n'étant ni de tirer à vue sur les "spécialistes" financiers (les tribunaux qui jugent les affaires Enron et autres s'en chargent déjà), ni de jouer de la boule de crystal, mais de traiter des faits bien réels: les demandes de brevets déposés par Apple.

Alors voilà, pour Noël, iPapy ne nous a pas oublié. Il a tout prévu pour que le Père -Noël puisse glisser des iPod dans vos petits chaussons, voyez plutôt...

Publiée le 12 décembre passé, le design US D533347 protège une housse à iPod en forme de... chaussette.Original, cela doit être du plus bel effet suspendu devant la cheminée...

Plus classique, le design US D533348, publié le même jour, semble tellement simple que je me demande où Apple prétend innover...
Pour ce qui est de remplir ces housses, le plus simple reste encore d'attendre les annonce de la WWDC !

dimanche, décembre 3

Apple fait main basse sur le Podcast

Pas moins de trois demandes de brevets américains au nom d'Apple qui ont été publiées le 23 novembre passé avec pour thème centrale le Podcasting:

  • US 2006265503 - Techniques and systems for supporting podcasting
  • US 2006265409 - Acquisition, management and synchronization of podcasts
  • US 2006265637 - Utilization of podcasts on portable media devices
La première demande (US 2006265503) détail le principe d'abonnement à un Podcast, tel qu'on le connait actuellement dans iTunes. Il s'agit donc ici de protéger le principe de l'abonnement lui-même, ainsi que de l'identification de nouveaux épisodes et leur téléchargement dans un logiciel (iTunes) si cet abonnement est toujours valable (ie: si l'utilisateur ne s'est pas désabonné).

La seconde demande (US 2006265409) se concentre sur le traitement des abonnements. La recherche des nouveaux épisodes, le téléchargement simultanés de ceux-ci depuis les divers sources correspondantes et leur stockage dans un répertoire spécifique. Sont aussi protégés: les aspects de portail de Podcasts (ITMS), leur recherche et leur présentation par thématique dans ledit portail, la synchronisation avec un logiciel client (iTunes) et la synchronisation de ce dernier avec un lecteur portable (iPod).

La troisième demande (US 2006265637) détail les aspect de synchronisation et de lecture des Podcasts sur un lecteur portable. Sont protégés: la navigation dans un menu hiérarchique, la lecture du fichier tout en affichant les méta données liées (textuelles ou graphiques), l'utilisation de chapitres dans un épisode. Tout ceci étant explicitement appliqué à la lecture sur Media Player, PDA et téléphone portable.

Il ne s'agit rien de moins qu'une "tentative de Hold-up" sur le Podcast de la part d'Apple. Avec ces trois demandes, tout le workflow du podcasting est couvert, à l'exception de la génération des fichiers (une demande de brevet en ce sens serait-elle en attente de publication ?). En tout les cas, la Pomme tente de protéger son "business model" actuel des velléités de copies de la part des "spécialistes de la photocopieuse". Suivez mon regard, il se dirige sur le Zune et son portail du type iTMS. Avec un tel ensemble de brevets, Apple serait à même de s'assurer un monopole de la diffusion et de la lecture sur baladeur numérique que seul une méthode complètement originale et nouvelle pourrait venir attaquer (mais l'originalité n'est pas le fort de ceux d'en face, n'est-ce pas ?).

Reste à savoir si ces demandes seront accordées par l'USPTO. Le principe du Podcasting découlant assez naturellement de la diffusion "RSS", l'on est en droit d'en douter.

vendredi, décembre 1

Boîtier iPod en céramique

La demande US 20060268528, déposée le 7 août 2006 et publiée le 30 novembre 2006, décrit un boîtier pour iPod en céramique. L'idée étant que ladite céramique soit transparente pour les ondes radio.

Vous l'avez déjà compris, il s'agit de donner aux iPod des capacités Wi-Fi...

Quelques détails techniques

Les types de céramiques mentionnés sont le Zircone (ZrSiO4, de l'élément Zirconium) et l'Alumine (Al2O3, ou oxyde d'aluminium). Les avantages de ces matériaux sont, outre leur perméabilité aux ondes radio, leur faible toxicité (utilisation dans les implants orthopédiques), leur impact minimal sur l'environnement et leur très grande résistance à l'usure.

Les types de produits envisagés par Apple dans cette demande sont, évidemment, les "media players" (iPod), les PDA (Handheld computing devices) et ... les téléphones portables (non, je ne vais pas en remettre une couche avec l'iPhone).

Pourquoi utiliser des céramiques ?
Ben oui, dans le fond. Pourquoi ? Le plastique est, lui-aussi, transparent aux ondes radio ! La réponse peut sembler évidente mais il s'agit de résoudre le conflit de deux buts opposés lors de la conception d'une "enveloppe" pour un appareil électronique nomade: réduire son encombrement (dimension, poids) et assurer sa solidité. Donc, première raison: la solidité et la légèreté.

Ensuite, il y a la question de l'assemblage du boîtier. Le plastique est moulé puis assemblé (mise en correspondance des pièces, vissage, ...). Cela complexifie la fabrication, complique le design et peut causer des fissures et autres imperfection dues au travail du plastique (autour des vis, par exemple). Le type de matériaux envisagé ici permet une fabrication par extrusion, un processus très "simple" et s'effectuant en une seule opération.

Et alors ?
Et bien, rien de bien croustillant à se mettre sous la dent. Il s'agit pour Apple d'optimiser la fabrication de ses produits tout en s'ouvrant la possibilité de les rendre communiquants sans fil. Le mouvement vers un iPod Wi-Fi semblait déjà assez évident (notamment avec la sortie du Zune) pour que l'on ne s'étonne pas trop de cette demande de brevet.

Un avantage notable serait la plus grande simplicité de l'assemblage (et donc une plus grande marge sur le produit fini). La coque étant extrudée d'une seule pièce et les éléments électroniques seraint glissés dedans.Signalons au passage un très joli "éclaté" de l'assemblage de l'iPod:En conclusion, l'on peut raisonnablement espérer que la prochaine génération d'iPod soit solide (Apple aurait entendu ses clients mécontents des vilaines rayes sur leurs iPod) et muni de la capacité de communication Wi-Fi qui leur fait défaut.

vendredi, novembre 17

Comment éviter les trace de doigts sur votre iPhone

Voilà une demande de brevet US que je trouve particulièrement intéressante.
La demande US 20060256090, publiée le 16 novembre 2006, propose d'utiliser un interface mécanique sur un touch screen multipoints.

"Mais", me direz-vous plein d'à propos et de bon sens, "à quoi bon se casser la nouille à mettre un écran tactile si c'est pour le recouvrir d'une partie mécanique ?".

Ben voilà. Imaginez: Vous avez votre iPodphone-vidéo-tactile et vous souhaitez l'utiliser pour en faire un téléphone avec de vraies touches ? hop, une housse avec les touche et c'est fait. Vous voulez une bonne vieille molette sur votre lecteur musical, hop, autre housse, autre interface. Un dessin valant milles mots (ou cents, je ne suis plus sûr du taux de conversion), voilà donc l'idée résumée ci-dessous:
Une housse (n° 655), un iPod tactile (n° 657) et l'interface de votre choix (Fig. 16A à 16F). L'idée étant que le bouton appuie sur l'écran à la place du doigt (ci-après, quelques exemples: un potentiomètre, un switch et un bouton à pression simple).On peut imaginer plein d'applications, comme transformer son iPodphone en console de mixage...

... ou son ordinateur en ... ce que l'on veut :


Petit souci potentiel, tout de même: certains smart-phones sur le marché proposent déjà des claviers rabattable sur un écran tactile... reste que l'utilisation sur un iPod ou un ordinateur est plutôt une bonne idée.

En plus, ça devrai rassurer tout ceux qui craignent les traces de doigts...

samedi, novembre 11

Dock universel

Publiée le 9 novembre 2006, la demande de brevet américain US 20060250764 propose une solution originale permettant l'utilisation d'un seul et même dock avec plusieurs générations d'iPod (ou plusieurs appareils nomades).

L'idée est toute simple: une seule ouverture comprenant des parties mobiles permettant de l'adapter à la taille de l'appareil que l'on souhaite y introduire (ci dessous, la pièce numérotée 52 qui glisse vers l'avant pour caler un appareil plus mince...).
Cette solution semble aussi adaptée à l'iPod Hi-Fi.Ci-dessous, un dock à la configuration ... originale !
Apple aurait-elle décidé d'abandonner sa politique du "nouvelle génération d'iPod = achat de nouveaux périphériques" en permettant de recycler ceux-ci en les adaptant ou s'agit-il seulement de permettre l'usage d'un seul dock avec des appareils de gammes différentes (par exemple un iPod nano et un video). De toute manière, pour ce qui est de pousser à l'achat de nouveaux périphériques, il reste toujours la possibilité de déplacer le connecteur...

jeudi, novembre 2

Séries sur l'ITMS: achat automatique d'épisodes

La demande de brevet US 20060248114, déposée par Apple le 7 mars 2006 et publiée le 2 novembre 2006, propose de changer radicalement la façon dont nous consommons les séries télévisées (mais peut-on encore utiliser l'adjectif télévisé lorsqu'on les télécharge et visualise sur un ordinateur ?).

Un peu à l'image du RSS, l'idée est d'acheter à l'avance l'ensemble d'une saison (par exemple Desperate Housewives saison 3) avant même que celle-ci ne soit diffusée. L'utilisateur est ensuite averti lors de la disponibilité d'un nouvel épisode, et peut même le recevoir de façon automatique.
La figure 3, ci-dessus, montre une esquisse de l'interface de l'ITMS avec la commande "Buy Season", alors que seuls 2 épisodes sont actuellement à la vente.La figure 7 donne un exemple plus concret du statu de la commande de la saison 2 de Lost alors que 12 des 24 épisodes sont accessibles. Une option pour la notification par e-mail de la disponibilité des épisodes suivants se trouve en 710.

L'idée nouvelle ici, ce n'est pas le préachat d'une oeuvre visuelle mais bien le fait de recevoir automatiquement les épisodes au fur et à mesure de leur sortie, sans avoir à effectuer d'opération supplémentaire.

L'interruption de la commande en cours de saison est prévue, avec remboursement du pré-payement pour les épisodes restants... au cas où votre personnage préféré se fait éjecter de la série...

jeudi, octobre 26

Le dossier iPhone s’épaissit

Dans la fournée de la semaine de l’USPTO, l’on trouve une demande de brevet au nom d’Apple (US 20060238517) qui va faire rebondir les rumeurs liées à l’iPhone.

Jugez plutôt.

Cette demande s’intéresse plus particulièrement à l’interface « touch sensitive » d’un appareil électronique portable et est à rapprocher de celui que je vous avais présenté début septembre (J’en veux un !) en ceci qu’il permet d’identifier dans quel sens est tenu ledit appareil afin d’en modifier l’affichage (par exemple « portrait ou paysage).

L’intérêt principal réside dans les figures donnant un apperçu de la disposition des zones sensibles au toucher permettant de déclancher des fonctions particulières.

Ci-dessus, un exemple d'interface avec des zones de fonction disposées tout autour de l'écran. la zone marquée 121 permet d'effectuer des opération telles que: piloter un curseur, sélectionner un objet dans un menu ou saisir des données,...).


Les figures 8 et 9 montrent le changement de disposition dynamique des menus en fonction de la façon dont l'utilisateur tient son appareil.

Mais le meilleur est à venir. Voici ce qui ressemble à s'y méprendre à un iPod...


Ca gère de la musique, des photos et de la vidéo... mais avec un écran couvrant toute la surface de l'appareil.


La figure 17A montre le mode de visualisation d'une photo en plein écran. La zone 831 sert à accéder aux menus, les 832 et 834 servent à naviguer vers les photos précédantes et suivantes.
Et hop, passage en mode horizontal et apparition de nouvelles fonctions (contrast, brightness, zoom, et move) positionnées en 840.

Et une interface revue pour la lecture de musique...

Même si il n'y a rien de purement "révolutionnaire" dans cette demande de brevet, il n'empêche qu'elle contient des vues bien plus proches d'un produit fini que tout ce que nous avons pu voir jusqu'ici.

Histoire de vous mettre un peu plus l'eau à la bouche, voici des exemples d'applications données dans ce document: electronic game, personal digital assistant, multimedia device, cellular telephone, portable video player, portable navigation device, or the like...

Mais on va encore devoir attendre longtemps, ou quoi ?...

jeudi, octobre 19

Ne vous payez plus la honte, iPod est là pour vous aider !


Ne vous est-il jamais arrivé d'entendre une super musique à la radio mais de ne pas savoir de quel titre il s'agit, et encore moins de quel artiste ?

Ben moi ça m'arrive tout le temps. Il faut dire que les radios ont la fâcheuse tendance de couper la fin des chansons pour les remplacer par des hurlements djeuns genre "couleuuuuur troiiiiiiiis" (pour les suisses), de la pub ou, plus fréquemment, un autre morceau de musique. Ajoutez à cela des animateurs qui n'annoncent pas les titres et hop, vous voilà avec la difficile mission d'identifier un titre inconnu.

A partir de là, chacun son truc. Entre chantonner maladroitement ledit morceau à ses amis ("ha ouais, c'est le générique de la petite maison dans la prairie", "mais non, c'est Highway to hell", ... oui, je suis nul pour chantonner) ou attendre qu'il repasse en fond sonore dans un bistro et couper toutes discussions ("... et là ma femme me dit qu'elle va... [chanson en arrière plan] Haaaa, c'est quoi le titre de cette chanson !?"), je dois avouer que je n'ai pas encore trouvé la technique.

Mais heureusement, amis lecteurs qui êtes dans le même embarra que moi, Apple pense à votre bonheur !

La demande US 20060235864 publiée aujourd’hui (19 octobre 2006), et dont le dépôt remonte au 22 août 2005, propose justement une solution à ces tracas.

Sous le titre « Audio sampling and acquisition system », il s’agit en fait d’une solution permettant de capturer un extrait audio avec son baladeur numérique (disons un iPod …), de transférer cet extrait à un service sur le web (heuu, iTunes Store par exemple … ) qui va identifier le morceau pour vous.

ici le schéma de fonctionnement.

En cadeau bonus: l'interface iPod

Pour les détails :
- l’enregistrement se fait par micro ou par transmission sans fil (wireless signal)
- la transmission au service web se fait lors de la synchronisation de l’iPod avec le Mac (ou le PC)

Tiens, un iPod avec un micro [601] et une touche "record" [607]...

Sont aussi revendiqués :
- l’identification et l’achat de clip vidéo et de film
- la possibilité de décharger un extrait en vue de confirmer la bonne identification
- la possibilité d’opérer en mode totalement automatique (pas d’action de l’utilisateur)

Reste que tout cela ne me semble pas si nouveau… ce genre de service existe déjà, par exemple avec un téléphone portable (faire « écouter » une musique à un service GSM qui vous envoie ensuite le titre par SMS). Mais là où réside la force de cette demande de brevet d’Apple, c’est évidemment dans l’intégration iPod – iTunes.

Bon, d’ici que cela se retrouve dans vos iPod, vous allez sans doute siffler encore un moment…

samedi, septembre 30

De l'importance de la bande dessinée

Ca n’est pas de « l’actualité brevet Apple » mais c’est assez amusant, ça ne mange pas de pain et cela pourrait même être l’occasion d’apprendre quelque chose sur les brevets… voire sur ce que ne sera pas un futur produit Apple (que de mystère dans cette entrée en matière).

À côté de mon intérêt pour l’informatique, les pommes et les brevets, il se trouve que je nourris une certaine passion pour la bande dessinée. Un certain nombre d’auteurs de BD francophones nourrissant eux aussi un intérêt pour le Mac, ils en mettent parfois dans leurs œuvres (par exemple Frantico dans son excellent blog).

Or donc, en lisant la prépublication du nouveau tome des Cyclopes [1] de Jacamon et Matz, je tombe sur des cases où le héro utilise ce qui ressemble à un PDA avec une pomme dessus pour surfer sur le Net. Un peu plus tard, le même PDA permet au même personnage de se prendre en photo et de l’envoyer à son correspondant via une connexion Wi-Fi alors qu’il est dans une voiture.
« Très bien » me direz-vous, « mais quel est le rapport avec le sujet de MacBrains ? » Et vous n’aurez pas tort de poser la question.

Et bien, figurez-vous que ce genre d’anticipation peut avoir des répercussions dans la vrai vie. En effet, imaginez maintenant qu’Apple lance effectivement un PDA (ou un iPhone) qui ressemble vraiment beaucoup à ce que l’on voit dans cette bande dessinée. Quid du droit d’auteur lié à cette BD ?

C’est là que cela devient intéressant (et où je voulais en venir).

En fait, les auteurs de cette bande dessinée pourraient très bien faire valoir leurs droits, comme nous l’apprend l’extrait ci-après tiré du site de Scientific Facilitors® [2] :

« [...] Il est évident que Walt Disney n'a pas déposé de brevet pour la voiture de Mickey ou la soucoupe volante de Géo Trouvetou ; mais jamais aucune entreprise sérieuse ne tenterait de les exploiter sans son accord. Dans le même secteur, la société qui a commencé à fabriquer des petits sous-marins en forme de requin, sur le modèle décrit par Hergé dans la BD "Tintin et le trésor de Rackam Lerouge", a rapidement pu mesurer à ses frais, l'efficacité du droit d'auteur ! »

L’interaction entre le monde de la BD et celui de la propriété intellectuelle va même au-delà. Une bande dessinée peut aller jusqu’à être cité comme antériorité en vue d’invalider une demande de brevet. Cela consiste à prouver qu’une demande de brevet n’est pas inventive en démontrant que l’objet de l’invention a déjà été détaillé dans une bande dessinée. L’exemple le plus connu dans le milieu de la propriété intellectuelle est le suivant [3] :

« Un exemple fameux est le cas d’une méthode permettant de remettre à flot un bateau ayant coulé en remplissant celui-ci avec des corps flottants au moyen d’un tube. Cette méthode a été utilisée en 1964 pour renflouer le cargo Al-Kuwait depuis le fond du Golf Persique. L’inventeur danois Karl Kroeyer essaya d’obtenir un brevet pour cette méthode, mais sa demande de brevet (GB 1070600) fut rejeté pour défaut d’inventivité. L’art antérieur? En 1949 l’aventure de Donald Duck « The Sunken Yacht » (par Carl Barks) montre Donald et ses neveux renflouant un bateau en le remplissant de balles de ping pong au moyen d’un tube. Puisque les balles de ping pong sont des corps flottants, et qu’elles étaient introduites dans le bateau au moyen d’un tube, l’épisode de Donald Duck fut considéré comme art antérieur destructeur de nouveauté. »

La conclusion de cette histoire est qu’Apple doit avoir du souci à se faire lorsqu’elle dépose un nouveau modèle de produit (comme un iPhone…). Il suffirait qu’un petit malin ait vu juste avec un fake ou qu’un artiste ingénieux ait déjà dessiné quelque chose qui y ressemble beaucoup pour potentiellement se voir refuser l’originalité de celui-ci (pour autant que ces publications soient antérieures au dépôt d'Apple).

Lorsque l’on connaît les enjeux économiques liés à la propriété intellectuelle, on se dit que cela vaut la peine de lire des bandes dessinées…

Références:
[1] Cyclopes #2 par Jacamon & Matz, Edition Casterman
[2] http://www.scientific-facilitors.com/index.php?f=2&id=1
[3] Extrait librement traduit de la page http://www.iusmentis.com/patents/priorart/

jeudi, septembre 14

iMosaic

La demande de brevet US 20060206811, déposée le 11 mars 2005, est publiée aujourd’hui par l’USPTO. Elle protège le principe (peu connu) de création de pochette de CD de type Mosaïque à partir d’une série d'images dans iTunes.

Mais oui, ça :



Explications :
Lorsque vous gravez un album, vous mettez évidemment la pochette de l’album original comme illustration sur votre boîte de CD. Mais dans le cas d’une compilation personnelle, hein ? Si en plus vous n’avez pas un don inné du graphisme et que vous n’arrivez pas à vous décider sur l’image à y mettre, sur votre pochette ? Si vous êtes comme moi, un handicapé du graphisme musicologique et que vous en avez marre des compiles de hard rock avec une photo de petit chat dessus ?

Et bien Apple a pensé à vous : Cette demande de brevet détaille la méthode incluse dans iTunes pour créer automatiquement un « patchwork » à partir des illustrations attachées aux morceaux composant votre compilation (les jaquettes des albums dont les morceaux sont tirés) en faisant une analyse des couleurs qui s’y trouvent pour les positionner au mieux (esthétiquement parlant).

Le schéma ci-dessous illustre le principe : On choisi une liste de titres, on obtient la liste des illustrations correspondantes, le logiciel marie au mieux tout cela et hop, y a plus qu’à imprimer.
La figure 2A présente un titre avec sa couverture (204) et les informations relatives, la 2B le résultat (ici une mosaïque à partir d'une seule couverture). Quelques variantes de présentation:

En résumé, Apple a pensé une nouvelle fois à simplifier la vie de ses utilisateurs en leur proposant une fonctionnalité de « créativité spontanée ». A utiliser sans modération (Fichier -> Imprimer).

Et les (futures ?) utilisateur du (future ?) Zune, privés d’iTunes ?

Ben ils continueront à avoir des photos de petits chats sur leurs compiles de hard rock… tant pis pour eux.

vendredi, septembre 8

J’en veux un !

La demande, dont vous avez peut-être déjà entendu parler sur d’autres sites, US 20060197750 et portant le titre « Hand held electronic device with multiple touch sensing devices », va à coup sûr faire parler d’elle ces prochain temps.

Dès le résumé de la première page, le cadre est posé : « Un dispositif portable avec de multiples dispositifs sensibles au touché est revendiqué. Les dispositifs sensibles au touché peuvent, par exemple, être sélectionnés parmi les touch panels, les écrans tactiles ou les boitiers tactiles ».

La description de l’invention, elle, détail un peu plus précisément ce dont il est question, soit un appareil portatif (handheld) muni d’au moins deux dispositifs tactiles situés dans deux endroits différents dudit appareil. Par exemple : un écran tactile et une zone tactile sur le boitier.

« Mais à quoi que ça peut servir ça ? », allez-vous me demander.

Et bien à permettre l’intégration de bouton n’importe où sur l’appareil, sans casser son design avec des boutons « physiques » et sans prendre sur la surface d’affichage.

Cette demande est intéressante à plus d’un titre. Premièrement, elle mentionne l’usage dans un seul dispositif des aspects faisant l’objet de demandes de brevets spécifiques tel que le touch screen multipoints, la détection de l’emplacement du doigt au moyen de capteurs optiques intercalé entre les pixels d’une dalle LCD, les molette et clavier virtuels. En quelque sorte, il s’agit du chainon manquant entre toutes ces demandes dont je vous ai parlé ces derniers temps.

Ensuite, en allant plus loin, les ingénieurs d’Apple ont imaginé de rendre toutes les surfaces de l’objet « touch sensitive ». Ainsi, il est possible d’identifier la façon dont l’objet est tenu et de le faire réagir en conséquence : lancer un programme, ouvrir un document, effectuer une action. Par exemple, si l’objet passe de la position verticale dans une main à horizontale avec des doigts des deux côtés, l’affichage passe automatiquement en mode paysage. Il est même envisagé d’identifier l’utilisateur en fonction de la signature de ses mains (dans l’exemple donné : Bob ou Carol), de définir si il s’agit d’un gaucher ou d’un droitier et d’adapter la position des boutons, claviers ou molettes à celle des doigts de l’utilisateur.

Ici les boutons tactiles sont signalés par le numéro 134.

Ici la signature de la main sur les différentes faces de l’objet.

L’application de tout cela ? Et bien elle est multiple. Son mentionnés : les PDA, les téléphones portables, les media players (musique, films, …), les caméras, les GPS, les télécommandes. Comprenez bien qu’il ne s’agit pas ici de décrire un appareil ayant toutes ces fonctions mais biens des appareils auxquels on pourrait appliquer cette idée : remplacer tous les boutons en plaçant des surfaces tactiles un peu partout (voir carrément partout) afin de gagner en espace d’affichage, de ne pas casser le design (tiens, mes vœux concernant l’iPhone seraient-ils exhausés ?) et de positionner les « boutons » de façon dynamique. Deux cas sont détaillés plus spécifiquement : un Media Player (l’iPod, quoi) et un smart phone ( !!!).

Allez, on se résume ?

Apple vient de nous pondre ce qui pourrait bien être une révolution en matière d’interface de saisie pour les objets portable (le terme anglais « handheld » étant plus significatif) et de pureté de design. Un objet qui répondrait à la façon dont vous le tenez, dont l’interface serait totalement dynamique et multiforme. Sans présager qu’il s’agit du fameux iPhone, on entrevoit tout le potentiel d’un tel objet.

Bref, j’en veux un !

Dernière minute: tant qu'à faire, mettez donc ce post en relation avec cette information de MacNN ... (pas sorti dans ma veille car au nom d'un employé et non d'Apple elle-même).

jeudi, septembre 7

Au bar des génies

Deux nouvelles marques internationales entrent dans le giron d'Apple en ce mois de septembre:

Magsafe
Nul besoin de le présenter, l'adaptateur de courant à fixation magnétique pour la gamme de portables Apple est maintenant devenu une star de la pub. A voir ici.

Genius Bar
Cette marque est plus originale et, je dois l'avouer, m'était inconnue jusqu'à aujourd'hui. Il s'agit en fait d'un point de contact client au sein de l'Apple Store "physiques" de New York qui comprend aussi un iPod Bar et un Studio "où les clients peuvent obtenir une assistance en direct et des conseils gratuits, ainsi que travailler sur des projets créatifs à toute heure du jour et de la nuit", selon le communiqué de presse trouvé sur le site d'Apple.

La description exacte donnée dans la gazette OMPI des marques internationales du 7 septembre 2006 est:

  • Services de commerce de détail proposant des ordinateurs, logiciels informatiques, périphériques d'ordinateur et appareils électroniques de grande consommation ainsi que présentation de produits y relatifs.
  • Maintenance, installation et réparation de matériel informatique, périphériques d'ordinateur et appareils électroniques de grande consommation; services d'assistance, à savoir dépannage de périphériques d'ordinateur et appareils électroniques de grande consommation.
  • Services d'assistance, à savoir dépannage de matériel et de logiciels informatiques; maintenance, installation et réparation de logiciels.
Un "Bar des génies" pour les clients ? Y a pas à dire, on sait caresser le client dans le sens du poil chez Apple USA. En Suisse et en France on en demande pas tant, on se contenterait d'un bête Apple Store avec des ordinateurs dedans...

mercredi, septembre 6

L’iPod s’accroche

Deux designs américains publiés au nom d’Apple sont rendu publique ces jours.
Le premier, US D526777, a été déposé le 23 décembre 2004 et porte le titre très explicite de « Electronic device holder ». Il s’agit en fait d’un brassard pour l’iPod Shuffle, actuellement commercialisé sur l’Apple Store (donc pas un scoop).

La particularité de ce brassard est que l’iPod y est fixé en glissant son connecteur USB dans le support du brassard (qui se passe autour du bras, pour ceux qui n'auraient pas encore compris).


Le second design, le US D527723 déposé le 26 août 2004, porte sur un "Device harness", soit un moyen de porter son iPod autour du cou. Enfin... de le porter suspendu à son cou (vu que le iPod-écharpe de 60 cm de long en plastique souple n'existe pas encore. Tiens, ça c'est une idée...).Le iPod s'y clip par le connecteur et le tour est joué. Notez au passage l'usage de deux petit éléments de part et d'autre du connecteur central, destinés à sécuriser l'iPod en place.En fait, ce système est lui-aussi commercialisé sur l'Apple Store (pour l'iPod Mini) et n'est donc pas un scoope non plus.

Bref, voilà une info sur laquelle personne ne lancera de rumeur pour le 12. Quoique, un iPod-écharpe de 60 cm de long en plastique souple...

samedi, septembre 2

Happy birthday MacBrains

Tout absorbé par le rythme de fou du quotidien, je n’ai même pas remarqué. Vous non plus ?

Ça y est, MacBrains a soufflé sa première bougie.

L’occasion pour moi de faire un premier bilan sérieux.

Petit regard en arrière : MacBrains est né par un beau mardi de juillet 2005 (le 26 juillet pour être précis) de l’envie que j’avais de partager les informations que j’avais sous la souris et qui, j’en étais sûr, pouvais intéresser tous ceux qui de près ou de loin ont un œil sur Apple.

13 mois plus tard (puisque j’ai loupé la date anniversaire), le constat est plutôt positif. Google analytics n’est en place que depuis le 15 novembre 2005 mais je vous livre tout de même quelques statistiques.

Contenu

  • 68 posts, soit une moyenne de 5.2 par mois
  • 137 commentaires, soit une moyenne de 2 par post

Visites
  • 32'175 visites, soit une moyenne de 79.6 par jour
  • un record de 1268 visites en un seul jour (le 28 mars 2006)
  • 44'589 pages vues, soit une moyenne de 110.37 par jour
  • 10'337 visiteurs uniques ( !)

Le plus beau pour la fin
Bon, tout ça ce n’est que des chiffres. Ce qui est le plus important au final, c’est que vous soyez au rendez-vous. C’est vos visites et vos commentaires qui motivent le travail qui se cache derrière MacBrains. Lorsque l’envie de partager rencontre un publique, la passion s’entretient.

Merci à vous, donc.

vendredi, août 18

Le bouton du futur

Sous le numéro de demande de brevets US 20060181517, Apple soumet à nouveau notre penchant à la rumeur à rude épreuve. Ce document, déposé le 11 février 2005 et publié le 17 août 2006, protège un « Display actuator ».

Mais qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit en fait d’un dispositif servant à la fois à afficher de l’information et à générer un signal de commande. Un peu comme un écran tactile, donc. Sauf qu’ici le signal est commandé mécaniquement. L’affichage sert donc aussi de bouton « cliquable », de bouton « glissable », de switch, de molette, de joystick, de « navigation pad ».

Vue en coupe, la pièce mobile n°52 sert aussi à l'affichage.

Le principe est évidemment le même si l’on clique, tourne ou glisse l’affichage. Le système détecte et interprète ce mouvement. Quelques exemples ci-dessous:

Le reste du document détaille des façons de fabriquer ce système. On y trouve tout de même une image de ce à quoi pourrait ressembler le résultat final:

Et pour terminer, quelques uns des appareils électroniques sur lesquels un tel dispositif pourrait remplacer les boutons classiques :

Tiens, un téléphone…

Alors, on y va avec les rumeurs ?

Et hop, je me lance:
- la future touche multifonctions du iPhone (un peu comme le joystick des Sony Ericsson) ?
- le remplaçant de la molette sur les futur iPod ?
- le nouveau TouchPad des MacBook ?
- la nouvelle télécommande des Mac ?
- un iAutoradio ? (figure 1H ci-dessus)
- un iMicro-Onde ? (Fig. 1F)

A vous ...

mercredi, août 16

Mini design, maxi ennuis

Le design du Mac Mini est désormais officiellement protégé. Le document US D526468, publié hier, détaille cette machine sous toutes ses coutures.
Vue de l'avant et de l'arrière par en-dessous.

Vues des côtés.


Vues du dessus et du dessous

Il est à noter que la demande date du 23 décembre 2004 alors que la machine a été officiellement mise sur le marché le 22 janvier 2005. Chez Apple on finalise ses designs longtemps à l'avance. La protection est valable 14 ans.

Le document porte les noms des géniteurs de la machine (ou du moins de son design), au nombre de 14. Aux côtés de Steve Jobs et Jonathan Ive, l'on trouve: Bartley Andre, Daniel Coster, Daniele De Iuliis, Richard Howarth, Duncan Robert Kerr, Shin Nishibori, Matthew Dean Rohrbach, Douglas Satzger, Calvin Seid, Christopher Stringer, Eugene Antony Whang et Rico Zorkendorfer.

De part le design très "dépouillé" qu'il protège, ce document risque de poser de sérieux problèmes à tous les fabricants de "compagnons" destinés au mini, entre autres:

Iomega avec ses disques durs mini et MiniMax

ADS Tech avec son Mini Drive Kit

ou encore Macway avec son Minipartner.

Bref, du pain sur la planche pour les avocats d'Apple !

vendredi, août 11

iPhone ? Certainement pas ! ... quoique

On parle beaucoup de l'hypothétique futur "téléphone-et-plus" d'Apple ces derniers temps. Sur MacBrains (dernier post en date sur le sujet) et ailleurs (igeneration aujourd'hui, par exemple).

Oui mais.

Si ce nouveau produit tant attendu fini par montrer le bout de son antenne, il n'y a que très peu de chance pour qu'il porte le nom d'iPhone.

En effet, la marque "iPhone" a déjà été déposée aux USA par la société californienne Teledex LLC. Propriété de cette société depuis le 7 mars 2005, la marque iPhone couvre le service suivant: "Telephone that integrates a display and interactive abilities with an IP-based network to deliver both voice communication and graphic-based content and services to hotel guestrooms".

L'iPhone selon Teledex

Certes, la couverture de cette marque est assez restreinte (chambre d'hôtel). Mais la confusion risque tout de même d'être au rendez-vous.

Une deuxième marque "iPhone", déposée aux USA par Infogear Technology Corporation (propriété de Cisco depuis mars 2000), poserait aussi problème. En effet, celle-ci couvre l'aspect suivant: "Computer hardware and software for providing integrated telephone communication with computerized global information networks". Donc pas d'utilisation possible de cette marque pour Apple dans le cadre d'une utilisation "Voice over IP" lorsque son combiné serait près d'un Mac ou d'une borne AirPort...

Infogear était par ailleurs bien décidé à défendre sa marque, comme en témoigne un jugement à propos du nom de domaine iPhones. Le produit n'est plus commercialisé depuis la reprise de la société par Cisco mais la marque reste protégée.

Sur le plan des noms de domaine, www.iPhone.com appartient à la société californienne The Internet Phone Company, LLC qui offre des services de voice over IP.

On peut dès lors se questionner sur le nom du futur combiné d'Apple. iPhone serait en ligne avec les autres "iProduits" de la Pomme mais risque d'amener quelques remous juridiques...

Ce qui est certain, c'est qu'en tapant www.iphone.org dans votre navigateur, vous arrivez chez... Apple !

jeudi, août 10

iTune: détaillant audiovisuel ... et plus ?

Tiré de la Gazette OMPI des marques internationales du jour (10 août 2006): la marque iTunes est désormais enregistrée pour les "services de commerce de détail dans le domaine récréatif, à savoir oeuvres audiovisuelles et sonores préenregistrées ainsi que produits correspondants, fournis par le biais d'Internet et autres réseaux de communication électroniques et informatiques."

Rien de bien nouveau si ce n'est une confirmation du positionnement d'iTunes comme vecteur de diffusion d'oeuvres audiovisuelles. Mais qui ne le savait pas encore ?

La marque "iTunes Music Store" revendique aussi ces services. Mais là où ça devient intéressant, c'est qu'il y est fait mention de "mise à disposition de sites de dialogue en ligne, babillards électroniques et forums communautaires pour la transmission de messages à l'intention d'utilisateurs d'ordinateurs concernant divertissements, musique, manifestations musicales, vidéos, radio, télévision, films, nouvelles, sports, jeux et événements culturels; [...]".

Et plus loin: "[...]; location de temps d'accès à des logiciels en ligne non téléchargeables pour permettre aux utilisateurs de programmer des contenus audio, vidéo, de textes et autres multimédias, notamment de la musique, des manifestations musicales, vidéos, radio, télévision, nouvelles, sports, jeux, événements culturels, et programmes de divertissement; [...]".

L'intégration d'un tuner TV en ASP dans l'iTMS ? Même si l'on ne parle ici que de la couverture d'une marque déposée, il est indéniable qu'Apple envisage de belles évolutions pour le couple iTUNES - iTMS.

Sinon, pourquoi se donnerait-elle la peine d'étendre la protection de sa marque à ces services ?

lundi, août 7

WWDC à chaud

On attendait le début d'une révolution à la WWDC et c'est finalement à sa fin que nous avons assisté avec le passage à Intel des dernières machines de la Pomme: le Xserve et un Mac Pro destiné à remplacer le Power Mac.

Une petite pointe pour Microsoft ("Qu'ont-ils fait en cinq ans ?"), une machine à remonter le temps dans le dock, bootcamp et Virtual Desktops en série et un rappel en forme d'avertissement: "L'argent n'est pas tout dans la recherche et développement. Il faut également innover." A ce propos, Leopard intègre la possibilité de naviger à la voix. Ca vous rappel quelque chose ? Relisez donc le post Au doigt et à … la voix de mai passé.

A coup sûr Apple a innové cette année. Pour la révolution, il faudra sans doute attendre encore un peu...

dimanche, août 6

Le TabletMac existe. Je l’ai rencontré !

Le titre de ce post est un peu accrocheur mais il est 100% vrai.

Lors d’un récent voyage en Californie, il m’a été donné de faire un tour à Mountain View, dans la Silicon Valley, à un saut de puce de Cupertino. Et c’est là que je l’ai vu.

Le TabletMac.

Le seul hic, c’est que cette rencontre a eu lieu dans un …musée !

Et oui. Figurez-vous que le TabletMac, bien qu’il puisse réapparaître prochainement, fait partie intégrante du passé d’Apple.

Allez, je m’explique.

Le musée en question est le Computer History Museum. Un lieu unique et extraordinaire, où se côtoient machines de légendes et ordinateur de bureau. On y trouve pêle-mêle : la machine Enigma de la 2e guerre mondiale, le système de guidage des fusées Apollo (attention : 2K de mémoire + 24K de ROM !), des CRAY, des PC et des stations de travail. Il y a même un Smaky (à ma connaissance le seul ordinateur de bureau made in switzerland qui ai atteint le stade de la commercialisation). Les Mac sont bien évidemment de la partie avec, entre autres, un Apple I.

C’est donc au détour d’une vitrine que je suis tombé sur l’Apple Newton Cadillac.

Ici la photo prise avec mon téléphone portable (eurk, mais on apperçoit que cette machine a été donnée au musée par un certain Steve Capps)

Là celle qui se trouve sur le site de référence www.uzes.net/newton d’où sont tirées les informations qui suivent (c’est d’ailleurs l’une des seule source disponible sur le web).

Et de quoi s’agit-il au juste ? Et bien, lors du développement du fameux Newton, deux projets se déroulaient en parallèle : un « Senior» ayant pour but de créer un ordinateur du type Tablet et un projet « Junior » ayant pour but une version PDA. En 1993, Apple décide de tuer le projet Senior au profit du PDA.

Le projet « Senior » a tout de même eut le temps de donner naissance à un prototype, l’Apple Newton Cadillac. Voilà pour l’histoire, les caractéristiques de cette machine donnent à réfléchir si l’on se remémore le fait que sa fabrication remonte aux années 90 (1993):

- Ecran LCD avec micro et port infrarouge
- Un port vidéo, un port audio, un port sériel et un modem intégré
- Un slot pcmcia

La machine, destinée à valider les softs du Newton, tournait sous l’OS de celui-ci, la navigation se faisant au moyen du stylet et de l’écran (comme sur un PDA). Prototype de validation oblige, il ne permettait pas de reconnaissance d’écriture et n’embarquait aucun logiciel.

Bref, une ébauche de TabletMac, avec tout de même 10 ans d’avance sur les premiers modèles PC commercialisés.

N’empêche. Il n’est pas interdit de se demander ce qu’il serait advenu d’une telle machine si son développement avait été mené à son terme. Aurait-elle connut le funeste sort du Newton dont le principal tord fut d’être en avance sur la maturité du marché ?

Osons une hypothèse aussi gratuite qu’infondée : Et si Apple, devant l’échec du Newton, avait mis son projet de TabletMac de côté en attendant que le marché soit mûr ? Ne croyez-vous pas qu’à la lumière des derniers dépôts de brevets de la Pomme, ce temps soit bientôt arrivé ?