jeudi, décembre 15

Synchroniser iCal ? Du déjà vu !

Une demande de brevet mondiale concernant iCal (entre autres) est parue cette semaine. Le sujet principal de ce document (WO 2005116892) est le principe de synchronisation d’information entre plus de trois parties (Devices). Evidemment, ceci s’applique au rendez-vous d’iCal (abonnement par diffusion sur .Mac ou Rendez Vous). L’innovation,elle, se situerait, d’après Apple, dans le fait que le principe revendiqué est indépendant de l’accès à un réseau privé ou à un serveur (comme dans ces vilaines technologies, citées en mauvais exemples dans la demande de brevet, que sont Lotus, Exchange, Meeting Maker et Outlook). La « grande idée », donc, consiste à échanger un calendrier en Peer-to-Peer.

Quoi ?

Ce n’est pas transcendantal, dites-vous ?

Ben vous n’êtes pas les seuls à le penser. En effet, cette demande vient de se voir affublée d’un rapport de recherche contenant 6 X, soit 6 documents considérés comme revendiquant le même principe et donc invalidant le caractère innovant de la demande d’Apple.

Nous y trouvons :
- une demande de brevet de HP datant du 7 novembre 2002 (WO 2002089026)
- une demande d’Ericsson du 6 juin 2002 (WO 200244958)
- trois articles scientifiques publiés dans des revues IEEE en 2002 et 2003
- et une demande de brevet d’un certain M. Wollrab, datant de 2003 (US 2003045301)

Et en matière d’idée par vraiment nouvelle, là ils font fort. Jugez plutôt :
La demande d’Apple comprend 59 revendications (claims), soit 59 points détaillant l’idée.
Les 6 documents considérés comme « Prior Art » (soit « divulguant la même idée ») couvrent les revendications 1 à 59 soit la totalité des points dits « innovants ».

Généralement, un document cité comme X couvre un point, voir quelques-uns. Si votre demande de brevet se voit affublée d’un X couvrant toutes vos revendications, vous pouvez considérer que votre argent aurait été mieux investi dans un stock de faux nez que dans cette demande de brevet. Ici, il n’y a pas un document couvrant toute l’idée, mais six !

La prochaine fois, Apple ferait mieux de breveter l’eau tiède., avec un peu de chance et des fêtes de fin d’année bien arrosées chez les examinateurs des offices de brevets, ils auront plus de chance de se voir accorder un brevet…

2 commentaires:

Enro a dit…

Bonne idée de s'attarder sur les rapports de recherche des examineurs... Cependant, quand je lis "demande de brevet mondiale" je saute au plafond. Professionnels de l'information brevet, nous savons tous deux qu'il n'existe pas de demande de brevet mondial (et a fortiori de brevet mondial) mais ce que l'on nomme PCT — qui regroupe certes un grand nombre de pays, mais pas tous, et aboutit toujours à des brevets nationaux.

Bref, c'est le genre d'erreurs que fait un public non initié, alors que je suis sûr que tu peux aider, lentement mais sûrement, à distiller une culture de base sur le brevet. Bref, bravo pour ce blog qui se bonifie, mais je continuerai d'être vigilant sur ce genre de détails trompeurs !! ;-)

David Borel a dit…

Merci à Enro pour sa remarque et sa vigilance. En effet, il s'agit ici d'un abu de langage de ma part et il aurait mieux valu que j'écrive "demande PCT", bien que cela n'aurait pas évoqué grand chose aux non professionnels.

Je ne le ferai plus, promis.