mardi, octobre 25

Un génie très discret

Si on vous demande de citer le nom d’une figure emblématique d’Apple, vous répondrez à coup sûr « Steve Jobs ». Peut-être que certains d’entre vous risqueront un petit « Wozniak ». Ce qui est certain c’est que vous ne répondrez pas «Stephen Capps ».

Et pourtant.

Steve Jobs est certainement l’homme le plus médiatique d’Apple (seul quelqu’un ayant vécu en ermite ces dix dernières années ne saurait reconnaître ce fait) et a eu une action prépondérante dans les orientations de développement de celle-ci. Mais, car il y a un mais, si Jobs est l’instigateur des grandes idées, ceux qui les réalisent en pratique restent dans l’ombre de la Pomme.

Stephen Capps, donc, est l’un de ces hommes de l’ombre. Cerveau génial et plein de pépins, il est l’ingénieur d’Apple dont le nom apparaît sur le plus grand nombre de demandes de brevet. Ce brave inconnu du grand publique figure sur pas moins de 53 brevets accordés dont 47 pour Apple (aux USA) !

Faisant partie des anciens d’Apple (débauché de chez Xerox), il travailla d’abord sur le Lisa puis passa au team Mac. Il co-écrit le Finder initial avec Bruce Horn puis quitte Apple en 1985 pour fonder sa propre compagnie de création de software, dédiée au domaine musical. Il revient chez la Pomme en 1987 où fut un des principaux architectes du Newton, l’un des premier PDA du marché (en 1993) et un flop notoire. 3 ans après il quitte Apple pour… Microsoft. Il finit par quitter aussi Microsoft, avouant dans une interview publiée en 2003 que le principal problème à Redmont est que la mise sur le marché des produits est une question de deadline et non de finition (hum, brillant comme réflexion). Désormais, Stephen Capps travaille dans sa nouvelle société Onedoto (prononcer « 1.0 ») et se permet quelques critiques acerbes sur OSX (« un peu ennuyeux », à son avis).

Voilà pour le parcours général. Le détail maintenant.

Le premier brevet accordé à Apple sur lequel figure le nom de Capps se trouve être directement lié au Newton puisqu’il s’agit d’une méthode permettant de manipuler des objets sur un écran (rotation, agrandissement, …). La demande a été remplie en 1992 et le brevet accordé le 6 septembre 1994 (US 5345543)


Voilà une image qui doit être familière à pas mal d’utilisateurs de PDA…



On trouve ensuite un correcteur de mots (US 5367453, déposé en 1993 et accordé en 1994), une série de brevets liés à l’usage d’un stilet comme outil de manipulation de l’interface d’un PDA (US5390281, US5398310 , US5404442, US5446882, …) et tout un tas d’inventions liées aux agendas électroniques (liste complète ici).

Mais là où Stephen Capps a rendu service à chacun de nous (je suis sûr que vous aussi), c’est en inventant le concept de highlight de texte en vue de sa manipulation (Cut, copy, past, …US 5442742, demande 1993, accordé en 1995).

Quand on vous dit que ce type est un génie… Pensez donc à lui lors de votre prochain Pomme-C / Pomme-V…

Aucun commentaire: