mardi, août 30

Vous avez dit design ?

Dans le domaine de la propriété intellectuelle, le brevet n’est pas seul. Il côtoie en effet la marque, le droit d’auteur et le modèle (ou dessin). Le modèle permet de protéger le caractère ornemental d’une création, autrement dit son design (pour une définition plus complète, voir la page de l’IRPI). Evidemment, de part le caractère hautement design de ses création, Apple dépose passablement de modèles tels que :

Le iPod (US D506476)


Le “Tablet Mac” (US D504889, le buzz du moment)


Ou encore le iMac (US D489370, US D486486)

Le iMac est particulièrement intéressant, en ceci que les designers de la Pomme, Johnathan Ive en tête, se sont lâchés et ont imaginé tout un tas de déclinaisons du fameux « Tournesol » qui ne verrons sans doute jamais le jour mais qui ont été déposés sous la forme de modèles auprès de l’office américain de la propriété intellectuelle et que voici :

Le iMac « Double arbre à came en tête »


Le iMac « Egyptien » (US D496040)


Ou encore le iMac « tordu » (US D487893)

Mais on trouve encore plus étrange dans les designs déposés par Apple, comme :

Une console de jeux (US D409667, déposé en 1995)


L’ancêtre de la borne Airport (US D385537, « Wireless communications Pod », déposé en 1995)


Un décodeur pour télévision interactive (US D383456, déposé en 1995)

Un appareil Photo digital (US D380001, en 1996 déjà)
Et j’en passe, et des meilleurs : un PDA (US D366463), un téléphone portable (US D370671), …

Mais pour moi, le top du top du design Apple reste le modèle déposé le 15 juillet 2002 sous le numéro US D478999 et portant le nom de Steve Jobs lui-même, j’ai nommé le iStaircase :Non, ce n’est pas un gag, il s’agit bien d’un escalier. D’ailleurs pour les sceptiques voici le lien vers le document de l’office américain.

Ce document ne dit pas si l’escalier est Wi-Fi…

mercredi, août 24

Votre iPod, avec ou sans glaçon ?

Lorsque j’ai acheté mon iPod, voilà… pouf, au moins douze année lumières (pour vous dire, c’est un modèle de première génération), j’ai très vite cherché à l’utiliser dans ma voiture lors de mes déplacements « longues distances » (en suisse = 50 Km…). Pour cela je m’étais équipé avec un émetteur FM iRock, le seul disponible à cette glorieuse époque, importé clandestinement des USA. Le problème auquel je m’étais vite retrouvé confronté étant de savoir où poser la bête afin de pouvoir la manipuler tout en conduisant (oui maman, je sais que c’est dangereux) ou au moins pouvoir voir l’affichage. J’avais alors bricolé un « pose iPod » en sciant une bouteille en PET, ce qui permettait de faire tenir le petit boîtier blanc dans le « porte gobelet » avant de ma voiture.

C’était pas mal, pas très pratique mais bon, ça avait surtout le mérite d’exister.

Bon, elle est sympa mon histoire, mais vous vous demandez certainement où je veux en venir. Non, je n’ai pas déposé de brevet mais j’aurais peut-être dû car les ingénieurs d’Apple l’on fait, eux.

Et oui, ils ont inventé l’adaptateur iPod-porte-gobelets. Tout cela est expliqué dans la demande de brevet US 2005014795 remplie le 28 février 2005, rendue publique le 7 juillet 2005 et dont le titre anglais est : « Electronic Device Holder » (on a vu plus descriptif comme titre).

Le support :


Vue en coupe du support (100) avec le iPod dessus (120) et le câble d’alimentation dedans (124) :

Evidemment, ces brillants cerveaux pleins de pépins ne se sont pas arrêtés là. Ils ont ajouté un système d’enrouleur pour le câble d’alimentation à l’intérieur du support (ouais fastoche,, j’aurais aussi pu le faire ça…), et ça donne ça :

Il suffit dès lors de tourner la partie supérieure pour que le câble s’enroule proprement à l’intérieur :

Au final, et après une (très) courte recherche sur le web, ce type de produit existe déjà chez plusieurs accessoiristes tels que Belkin :

Du coup j’ai l’air un peu bolet avec ma demi bouteille en PET, moi…

dimanche, août 21

Les ingénieurs d’Apple deviennent-ils mous du pépin ?

On s’est beaucoup ému de l’affaire de la demande de brevet refusée concernant l’interface du iPod. Cette affaire m’a mené à me poser la question suivante : Est-il arrivé souvent à Apple de se voir refuser une demande de brevet ?

Pour essayer d’y voir un peu plus clair, voilà la procédure que j’ai utilisé : J’ai effectué une recherche sur les demandes de brevets mondiaux (PCT) publiées au nom d’Apple pour l’année 2004. Il faut savoir que ce type de demande (effectuée auprès de l’Office Mondial de la Propriété Industrielle, OMPI) donne lieu à un rapport de recherche. Ce document spécifie si une invention est « innovante » (ie: nouvelle et donc pas encore détaillée par quelqu’un d’autre au préalable). Si un examinateur de l’OMPI découvre un document (un brevet ou tout autre document) plus ancien que la date de la demande de brevet, il en indiquera la référence dans le rapport à l’aide d’un X. Un X dans un rapport de recherche signifie qu’une partie de l’invention (ou l’entier de celle-ci) est « antériorisée » par une publication préalable.

Voilà pour la théorie. Intéressons-nous maintenant au résultat de cette petite étude. En 2004, j’ai identifié 19 demandes de brevets au nom d’Apple Computer (sur le site d’espacenet), dont 16 présentent un rapport de recherche. Et bien figurez-vous que sur ces 16 demandes mondiales il n’y en a pas moins de… 13 qui sont signalées avec au moins un X ! Ceci signifie que plus de 80% des idées qui sont sorties des géniaux cerveaux des ingénieurs de la Pomme ayant fait l’objet d’une demande de brevet mondiale n’étaient tout simplement pas nouvelles. Ca laisse rêveur ! Si on pousse le vice plus loin, on peut aller jusqu’à compter le nombre de X dans un rapport de recherche (ie : le nombre de documents publiés avant la demande et qui détails la même invention). Et bien là aussi c’est gratiné :



Et oui, en 2004 Apple a trouvé le moyen de faire une demande de brevet pour une idée qui avait déjà été publiée à 5 reprises auparavant. On peut dès lors se demander si les gens de chez Apple ont déjà entendu le terme « Recherche d’antériorité » ou celui de « Veille technologique »…

A signaler que, toujours en 2004, on trouve une demande antériorisée par un brevet de Microsoft (WO 2004097609, « Méthode et système pour la distribution sécurisée de contenu sur un réseau ») et deux autres par des brevets d’IBM. Steve Jobs pourrait au minimum s’intéresser à ce que font ses principaux concurrents.

Au bord du désespoir, je me suis alors dit que la situation devait s’être améliorée en 2005. Et bien non. Sur les 17 rapports de recherche de l’OMPI déjà publiés en 2005 pour des demandes au nom d’Apple, on en compte 12 qui ont au moins un X (un peu plus de 71%, légère amélioration). Là ou ça devient presque comique, c’est qu’une de ces demandes présente 8 X. Oui, vous avez bien lu, 8 X. Autrement dit une encyclopédie en terme de recherche d’état de l’art.



Je dois avouer que je m’interroge sur les raisons de ce nombre très important de demande « antériorisées » sans y trouver aucune explication évidente. Une demande de brevet requiert des moyens financiers non négligeables, sans parler du temps passé par des ingénieurs à développer quelque chose que quelqu’un d’autre a déjà breveté (ou publié), et ne devrait pas être effectuée sans une vérification préalable.

Pour terminer j’ajouterai encore une précision à cette petite étude : seules les demandes de brevets mondiales ont été étudiées (pour des raisons de simplicité d’accès à leurs rapports de recherche). Il serait nécessaire d’étudier les demande européennes (ayant aussi un rapport publié) et surtout les demande américaines pour se faire une idée réellement précise de la situation. Malheureusement, les rapports de recherche de l’office américain (USPTO) sont plus difficiles d’accès.

Alors les ingénieurs d’Apple, sont-ils mous du pépin ou est-ce la Pomme elle-même qui grignote sur les moyens de recherche documentaire ?

jeudi, août 18

La technologie n'y pourra rien ...

Petit soucis pour MacBrains. En effet, mon FAI ayant soudainement décidé de désactiver ma ligne ADSL, il m'est difficile de mettre ce site à jour. Les choses devraient "rentrer assez vite dans l'ordre" et MacBrains retrouver son rythme de croisière d'ici un ou deux jours.

Désolé et encore merci à Swisscom pour sa délicate attention !

mardi, août 16

L'affaire iPod - Correction

Rebondissement dans l'affaire de la dispute liée à la brevetabilité de l'interface du iPod: le statut de la demande de Microsoft affiche ce matin (16.08.2005) la phrase suivante: "Allowed -- Notice of Allowance Mailed -- Issue Revision Completed" ce qui veut dire que la demande corrigée de Microsoft aurait été acceptée, que cette information n'a pas encore été rendue publique dans les bases de brevet mais que cela ne saurait tarder.

Ceci ne signifie pas que le brevet est accordé mais permet à Microsoft de poursuivre la procédure.

Pour rappel, il reste à Apple jusqu'au 13.10.2005 pour contrer l'argumentation de l'office américain et se voir délivrer à son tour un brevet.

Source: www.uspto.gov

jeudi, août 11

Vous n'aimez pas la couleur de votre Mac ? Changez-là... tous les jours !

Alors cette demande de brevet-ci, vous ne risquez pas d'en voir une application à la prochaine Apple Expo ! Elle n'est pas toute récente (2002) mais je trouve que l'idée exposée est tellement cool qu'elle a sa place dans ce blog. En effet, les ingénieurs d'Apple ont imaginé une "coque" pour ordinateur dont les parois permettent le passage de lumières donnant un aspect décoratif à celle-ci.

Ca marche avec un ordinateur...

... et tant qu'à faire, avec tous les périférique (et pourquoi pas avec le chat aussi tant qu'on y est ?)



Et ils ne s'arrêtent pas là. La "décoration lumineuse" permet à l'utilisateur de modifier la couleur de son ordinateur de manière dynamique. L'ordinateur a même la possibilité de prendre la main et de gérer lui-même la couleur en fonction d'une application, d'une tâche ou d'un état (les exemples revendiqués mentionnent entre autres le démarrage et l'arrêt de l'ordinateur, la mise en veille, une erreur de programme, la réception d'un e-mail, l'attente d'une commande ou encore le chargement d'un programme).

Bon, c'est marrant, mais la mode étant au blanc / métal brossé, je ne pense pas que l'on voie de sitôt un Mac "iDisco" sur nos bureaux (oui, je sais que l'on est parfois surpris de ce côté-là... bleu à pois blancs, avec des petites fleures...).

Pour terminer, sachez que cette demande de brevet (US 20020190975, pour ne pas la nommer) a donné lieu à une demande mondiale, une demande européenne et même à un brevet Canadien qui a été accordé à Apple en 2003. Pour la petite histoire, la demande mondiale stipule que l'idée n'est pas entièrement nouvelle puisqu'un précédent brevet de la société Color Kinetics Inc en parlait déjà un peu plus tôt en 2002.

mercredi, août 10

Apple vs Plattosoft ... suite et fin

Bon, on se calme, on respire. Le conditionnel était bien de mise. d'après theregister.co.uk Le tuyau d'AppleInsider est crevé... la demande de brevet de Platt (oui, il s'agissait d'une demande) a déjà subi des refus de la part de l'office américain des brevets. De plus, Apple a encore du temps pour modifier sa demande (3 mois), un "retour à l'inventeur pour modification" étant chose courante lors d'un dépôt de brevet.

Comme quoi...

Apple vs John Platt ... le retour

Haha, devinez la meilleure ?

Après recherches, ce cher monsieur Platt (par ailleurs domicilié à Bellevue, WA, USA), a déposé tout un tas de brevets. Sur les plus récents (depuis 2000) il apparaît aux côtés de... Microsoft (par ailleurs domicilié à Redmont, WA, USA) !

L'ennemi avance caché mais jamais pour longtemps ...

Apple vs John Platt

Et voilà, le problème avec les brevets c'est que l'on fini toujours par tomber sur un os... et Apple n'est pas épargné. On apprend aujourd'hui que la Pomme se serait vu refusé une demande de brevet liée à l'interface du iPod en raison de l'existence d'un brevet plus ancien portant sur le même concept et déposé pas un certain John Platt.

Je ne vais pas revenir sur le fond de l'histoire ni sur ses conséquences puisque MacGénération l'a déjà largement fait.

Ce qui est certain, c'est qu'Apple n'a pas fait reposer sa stratégie de protection de l’iPod uniquement sur l'interface. D'autres brevets (accordés ou encore au stade de demandes) ont pour but de "verrouiller" ce petit bijou.

Citons dans le désordre (et de façon non exhaustive):

- L'usage de la "molette" de navigation (US 20030095096)


- Un système de protection anti-chocs pour « media player » (US 20040252397, non restreint au iPod car aussi applicable à d'autres systèmes portables comportant un disque dur)

- La technique de synchronisation "Media player" (iPod) - station de travail (Mac) (US 20030167318)

- Le principe selon lequel le "media Player commence à jouer un morceau "avant même que le programme multimédia ait été sensiblement ou complètement chargé dans la mémoire" (WO 03036647, mais cette demande-là semble mal barrée, elle est antériorisée par 6 brevets dont un de Thomson et un de Sharp datant de 1994... y font pas de veille technologique chez Apple, ou quoi ?).

... et certainement d'autres que je n'ai pas eu le temps d'identifier à l'heure actuelle. C'est une affaire à suivre, même si l'impact réel sur le produit d'Apple ne risque pas d'être aussi spectaculaire qu'il n'y parait.

lundi, août 8

Podcast MacG

Pour tous ceux qui veulent en savoir un peu plus sur les brevets, sur MacBrains ou tous ceux qui n'ont pas encore mal à la tête à la lecture de ce blog, le Podcast de MacGénération (3em du nom) est la place à visiter. Vous pouvez y écouter l'interview réalisée par Cyril Pavillard, qui a un accent aussi "authentique" que le miens...

Merci à l'équipe de MacGénération pour ce petit coup de projo et longue vie au site orange ainsi qu'à son PodCast !

jeudi, août 4

iPod... et vous n'avez encore rien vu !

L'iPod, tout le monde connaît ! Vous vous doutez bien qu'Apple l'a protégé avec tout un tas de jolis petits brevets. Mais il y en a un qui a retenu plus particulièrement mon attention, le US 20040224638 publié en novembre 2004.

Ce brevet concerne les modes de communication entre le iPod et d'autres systèmes. On en connaît déjà quelques uns:


Le doc classique:







La "mini chaîne Hi-Fi":
Vous avez peut-être même déjà aperçu celui-ci au détour d'Internet (iPod encastrable dans un portable):


Evidemment, les ingénieurs de Cupertino en ont imaginé d'autre... comme par exemple l'iPod encastrable dans un iMac:

Bon, vous me direz "c'est bien tout ça mais c'est déjà connu et ça ne va pas révolutionner le monde des baladeurs numériques". Et vous aurez raison. Mais, à l'image de Steve Jobs, j'ajouterai "Ah, les cerveaux d'Apple ont encore imaginé une petite chose":

l'iPod Wireless !

Cette fonctionnalité de l'iPod permettrait de transmettre la musique de son choix à des récepteurs de son choix. En résumé, on sélectionne une musique (ou une liste de lecture) sur son iPod et on choisi à qui on le fait écouter par le biais d'une connexion sans fil.

La cerise sur le gâteau, c'est encore le schéma de mise en situation en fin de brevet:


L'iPod comme émetteur wireless ? Pourquoi pas...

Vers une évolution d'iChat ?

Un nouveau brevet portant la marque de la Pomme vient d'être rendu publique (WO05017660). Il concerne un système d'échange de contenu "Peer-to-Peer" intégré dans un applicatif de messagerie instantanée. iChat permet déjà l'échange en temps réel d'images et de documents (image, textes, ...) mais l’évolution proposée va plus loin en permettant à un utilisateur de partager le contenu actif de son poste de travail avec un correspondant. Les exemples donnés dans la description de l'invention sont entre autres:

- connaître la musique actuellement écoutée par son correspondant (sans avoir à partager un réseau Airport, donc);
- connaître le film actuellement visualisé par son correspondant.

Une autre fonction décrite est la possibilité, via un module contenant un "media player" et un navigateur web, d'accéder à des données liées à l'activité de son correspondant comme les 5 derniers fichiers audio que celui-ci a écouté, les dernières chansons qu'il a achetées sur l'iTunes Music Store (ITMS) ou les titres des derniers livres qu'il a commandés sur le Net.

Bon un peu brumeux tout ça. Heureusement un exemple pratique est fourni: "Deux utilisateurs échangent des messages texte via iChat. Un des deux est entrain d'écouter un morceau de musique avec iTunes. L'autre visualise que sont correspondant écoute de la musique au moyen d'une icône qui s'affiche dans iChat et peut savoir de quel morceau il s'agit [NA: l'exemple cite "Dorset Perception" de Simon Pasford... connaît pas !]. En cliquant sur cette icône il peut en écouter le preview en streaming sur l'iTunes Music Store et l’acheter."

On voit bien que le but est de simplifier l’accès à des serveurs tels que l’ITMS par le mécanisme « me too ». Si l’idée est intéressante sur le plan commercial (pour Apple), il n’est pas certain qu’elle le soit tant que ça pour les utilisateurs.

Un point intéressant se situe un peu plus loin dans le texte du brevet: le système d'exploitation utilisé est OSX ou... Windows XP ! Cela peut vouloir dire deux chose: soit Apple veut étendre l'usage de iChat au monde Windows (à l'image de Quicktime et iTunes), soit il veut empêcher Microsoft de faire la même chose sur son propre système d'exploitation.

En bref, il me semble qu’on est assez loin de la « killer Apps ».

mardi, août 2

Mighty Mouse, et après ?

Apple annonçait aujourd'hui la sortie de sa nouvelle souris, la Mighty Mouse. C'est l'occasion ou jamais de plonger dans les archives brevets de la Pomme pour voir ce qui s'y trouve et, qui sait, lever un coin du voile sur ce qui nous attend dans le future côté mulot.

Premier constat, Apple n'a pas breveté grand chose en matière de souris, juste 5 petits brevets. En devinez ce que l'on y trouve ? Et oui, un système de molette permettant de scroller dans deux directions différentes (cf images ci-dessous).




Le plus fort dans tout ça, c'est que cette fonction a été rendue publique par Apple dès le 24 mars 2003, date de publication de ce brevet (US 20030076303), preuve s’il en est de l'utilité des brevets dans la prédiction des orientations technologiques d'une entreprise ! (et hop, un peu de pub ça ne fait pas de mal).

Bon, vous allez me dire que c'est bien beau tout ça, mais c'est un peu tard pour jouer les oracles... et c'est là que ça devient intéressant. En creusant encore un peu, il est possible, sur le même principe d'annoncer ce qui pourrait bien être la prochaine évolution de la Mighty Mouse (oui, là j'en entends déjà qui protestent).

La demande de brevet US 20040046741, publiée le 11 mars 2004, présente une molette... optique !






Croyez-moi, Apple n'est pas le genre d'entreprise à dépenser plusieurs milliers de dollars pour déposer un brevet et ne pas le valoriser par la suite.

A suivre, donc.